Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

2Mar/160

Critique: Seul sur mars – Ridley Scott – 2015

seulsurmarsSynopsis:
L'astronaute Mark Watney est laissé pour mort sur Mars lors d'une expédition qui tourne au drame. Une tempête oblige l'équipage à redécoller en abandonnant les recherches de sa dépouille. Mais Watney a survécu et est désormais seul sur la planète rouge. Pour survivre, il va devoir déployer des trésors d'ingéniosité...

L'avis de David:
davidEt le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne manque pas de ressources notre Jason Bourne préféré. C'est bien simple, 1 an de plus sur le caillou et il nous développait une exploitation agricole avec bovins à deux têtes et épis de maïs frôlant la tonne (remarquez on aurait enfin pu parler de cochons dans l'espace là). Mais bon, revenons à nos moutons.. Je dois le dire tout de suite, je n'aime pas beaucoup ce nouveau film de Sir Ridley Scott. Non pas à cause de la soucoupe ni du fait que je ne sois pas dans mon assiette, je le trouve juste très en deçà de ce que le bonhomme nous propose habituellement. Attention hein, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit; c'est cadré au millimètre, bien éclairé, bien tourné, bien joué, tout propre sur lui le machin. Mais voilà, la sauce ne prend pas (en tout cas pour moi). La faute à un déluge d'expressions scientifiques qui nous donnent l'impression d'assister à un cours magistral sur l'astro-physique-quantique et qui finissent par nous faire chier (d'ailleurs on fait caca utile sur Mars.. un caca et ça repart!); au moins c'est clair. Mais pas que. On pourrait citer aussi cette propension du héros à résoudre tous les problèmes, même les plus improbables, avec une facilité déconcertante (oui je sais, c'est Bourne mais quand même), ou encore cette habitude ultra-énervante qu'a le réalisateur de nous asséner en permanence des extraits du journal de Watney nous expliquant ce qu'il est en train de faire (vous avez vu, là je vais planter des patates, mais c'est parce que je suis botaniste hein, je précise pour ceux qui savaient pas; du coup j'ai le droit?). Pour les plus puristes, la vision de la George-Cafetière qui servira à notre héros un bon café vous achèvera.. What else? Ben pas grand chose.. Les effets spéciaux sont bons voir très bons (a part peut-être l'oubli de quelques buissons qui font tâche, la preuve dans les photos en bas de cette page...La bourne..heu.. bourde découverte par les ingénieux de Ciel et Espace), la musique tantôt nunuche tantôt sublime et le gros casting cinq étoiles recruté par Scott fait admirablement bien le job (Sean Bean ne meurt pas!); pourtant qu'est-ce qu'on se fait chier (hop, 2kgs de patates).. Ben oui, il est tellement fort le gus qu'on sait d'avance qu'il va s'en sortir. Et puis ils sont tous tellement forts qu'il ne peut en être autrement. D'ailleurs Matt est tellement balèze que pendant toute la durée de son "stage", aucune trace de désespoir ni même une petite crise de panique qui aurait semblé bien normale (après tout, vous n'êtes QUE seul à 225 millions de kilomètres avec votre kiki et votre couteau). Tiens y a bien un truc bizarre aussi.. Je suis sacrément étonné qu'aucun petit homme vert n'ai montré le bout de son nez (ou d'autre chose d'ailleurs).. Tant qu'à faire ça aurait pu être marrant. En même temps on sait bien que le signe le plus évident qu'il y a bien une intelligence extra-terrestre dans l'univers est qu'ils n'ont jamais essayé de nous contacter. Ridley marche dans l'ombre en ce moment; sa propre ombre. Certains passages sont même saupoudrés de morceaux musicaux censés rallier femmes et enfants à la cause (et ainsi se diriger un peu plus vers le dieu du marketing); même le génial Bowie n'y changera rien (surtout que Starman éponge quand même un sacré trou dans le scénario..). Une telle épopée aurait mérité de la noirceur, du sang et de la sueur, la peur du lendemain, un cri de désespoir dans ce silence de mort. Rien de tout ça ici tant tout est mécanique, balisé et sans âme finalement (et je ne parle volontairement pas de l'humour naze qui plombe encore plus certaines scènes; ah si merde je le fais..). Comme le dirait un célèbre collectionneur de cailloux, c'était écrit (et par Andy Weir); on s'attendrait presque à voir passer Sandra Bullock dans le ciel, comme une étoile filante... Elle aurait quand même pu prendre Matt en stop!

Très loin derrière "Gravity" ou même "Interstellar", ce "Seul sur mars" déçoit et nous fait nous demander ce qu'il a bien pu arriver au papa d'"Alien" ces dernières années. Ennuyeux, commercial et sans envergure, le film nous traîne péniblement vers un dénouement que l'on connait d'avance. Une fin de non recevoir donc, qui laisse un goût amer en bouche (le café peut-être?) et un terrible sentiment de frustration.
2s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier