Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

6Juin/161

Critique: The door – Johannes Roberts – 2016

thedoorSynopsis:
Un jeune couple Américain installé en Inde perd l'un de ses deux enfants dans un tragique accident de voiture. Maria, traumatisée, ne se remet pas de cette tragédie et tente de mettre fin à ses jours. La voyant s'enfoncer inexorablement dans le chagrin, l'une de ses employés lui confie un secret. Elle peut la faire communiquer une dernière fois avec son fils au travers de la porte d'un temple. Une seule consigne, ne pas l'ouvrir, quoiqu'il arrive...

davidL'avis de David:
Je me suis encore fait avoir.. Ben oui, en général lorsque la mention "Par le réalisateur de.." figure tout en haut de l'affiche, ça sent bien l'argument de vente qui va tenter de faire passer la pilule (quand c'est pas carrément un suppo). Quoi? C'est Alexandre Aja qui produit? Ah mais ça change tout ma bonne dame! J'adore le bonhomme et ce qu'il fait en général... Sauf quand il produit des trucs pas frais à faire sortir une momie de ses bandelettes. Après un "Pyramide" totalement foireux avec son comparse Levasseur aux commandes, les yeux de la colline reviennent donc sous haute tension pour une péloche paranormale avec Sarah Wayne Callies en tête d'affiche ("Walking dead" vous connaissez?); Lori (pas la chanteuse hein) donnera la réplique au très bon mais trop discret Jeremy Sisto ("Detour Mortel") et va tenter de faire face à un esprit malin crocheteur de portes qui pourrait bien en plus être son défunt fils. Classique mais sympathique. Surtout que tout commence plutôt bien avec des acteurs dans le ton, crédibles, voir presque touchants (la scène de l'accident est assez dure) et un réalisateur qui sait tenir une caméra (comprenez qui n'a pas la maladie de Parkinson). Cerise sur le McDo, l'Inde nous offre de beaux paysages et une patine particulière qui sert favorablement une ambiance voulue glauque et inquiétante. Raaaaahhhhh change pas de main Johannes, on y est presque! On tiendrait enfin notre film de fantômes de l'année avec moult sursauts et chair de poule mouilleuse de culotte? Ah merde, ça fait déjà une bonne heure que ça a démarré quand même et a part deux trois jump-scares (foirés en plus), pas grand chose d’intéressant à l'horizon. Mais, mais, Johannes, qu'est-ce que tu fais? C'est quoi cette bouteille de merde? Des scènes vues et revues en pagaille, des apparitions fantomatiques à grande bouche qu'on croirait bloquées en arrêt sur image tellement le trait est forcé, un vieux mélange faisandé d'a peu près toute la production horrifique de ces 5 dernières années.. the doorLa recette va avoir du mal à passer, surtout quand les promesses du début laissaient augurer d'un chouette gueuleton. La dernière partie ne s'en sortira pas mieux et mis à part une créature pas trop mal foutue et quelques effets réussis, le final part totalement en steak et on sent bien que passée la bonne idée de départ, les scénaristes ne savaient plus comment finir.. Quel gâchis. On a d'un côté un tissu émotionnel fort (la perte d'un enfant) appuyé par un folklore Indien qui sublime cette impression d'être en dehors du temps et de l'autre un ramassis de poncifs en tout genre qui dégueulent d'à peu près tous les films de paranormal (possession incluse, le comble du ridicule) produits à la chaîne par les fast-foods du cinéma d'horreur. Et le pire dans tout ça, c'est qu'on s'en tamponne le coquillard. On se fout royalement de ce qui pourrait arriver à cette famille et c'est finalement ce qui achèvera le film. Franchement, Mr Aja, fermez moi ces portes à double tour, murez l'entrée des pyramides de Toutankarton (elle sentait du slip et des bandelettes la momie) et reprenez votre caméra pour nous faire frissonner à nouveau.. C'est pas parce que la colline a des yeux qu'il faut s'imaginer que nous on en a pas hein, nuance... Et puis Lori, juste pour t'énerver un peu, Maggie elle s'en sort bien mieux que toi du coup (le très bon "The Boy", critique à venir sur Grim).. C'est Glenn qui va être content (s'il se remet de son coup de batte).

Oulalalala, décidément, Aja même pas peur.. Les productions horrifiques du Monsieur (que j'adore pourtant en tant que réalisateur) ne redoreront pas leur blason avec cette gentille série B morne et inoffensive. Après la momie à tête de chien roulée dans de la bandelette urinaire, voici venir le gamin tout pourri qui ouvre et ferme des portes (ça sent l'infection généralisée). Passionnant. Et sinon quelqu'un a pensé à installer une ouverture automatique? Qu'est-ce qu'on s’emmerde...
2s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier