Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

18Juil/160

Critique: Urban Legend – Jamie Blanks – 1998

urbanlegendSynopsis:
Les étudiants de l'université de Pendleton suivent un cycle sur les légendes urbaines lorsqu'un tueur commence à les reproduire sur le campus. La jeune Nathalie, survivante d'une des attaques, tente de donner l'alerte mais personne ne semble la croire. Seul Paul, travaillant pour le journal universitaire, prend ses propos au sérieux et enquête sur l'identité du tueur..

L'avis de David:
Encore un petit classique sorti pendant la sacro-sainte période des "Souviens toi l'été dernier" et qu'on avait pas encore passé à la Grim-moulinette.. En même temps je sais pas si c'est une bonne idée; il fait chaud, je suis d'humeur lourdingue (comprenez je me verrais bien écrasé dans un boudin tout mou un verre à la main et la casquette légèrement tombante) et il va falloir sérieusement chercher l'inspiration tout au fond à gauche. Bref, trop tard, j'ai commencé.. Petit slasher convenu, "Urban Legend" réalisé par Jamie "Storm Warning" (beaucoup plus brutal et un cran au dessus qualitativement parlant) Blanks, est une petite péloche tout à fait recommandable. On y retrouve tout ce qui fait le charme de ce genre de production, à savoir: un tueur looké qui cabotine à mort, des jeunes oscillant entre l'insupportable et le sympathique qui tombent comme des mouches, un petit leitmotiv musical annonciateur du cadavre suivant.. Manquerait plus qu'une bonne rasade de gros gore qui tâche (pour ça on repassera) et un twist final bien trouvé et on pourra dire qu'on est aux anges. En tout cas, on y était presque... Pour le tueur, il est plutôt cool et manie la hache comme personne. Un bon point. Ses jeunes proies alignent un bon paquet de trognes connues ou en passe de l'être avec dans le désordre: Danielle Harris, Brad "Chucky" Dourif, Jared "Joker" Leto, Alicia Witt ("Walking Dead"), Rebecca Gayheart, Tara Reid ou encore Joshua Jackson (avec un gros clin d’œil bien marrant à la série "Dawson"). Même Robert "Freddy" Englund nous fait l'honneur de sa présence dans un second rôle savoureux c'est vous dire. La musique type "comptine" est bien là pour l'ambiance et la réalisation, sans être transcendante, fait le job proprement, appuyée par un scénario qui tient à peu près la route (le coup des légendes urbaines était vraiment bien trouvé même si parfois les ficelles sont grosses comme les poils de nez de King-Kong... Non, j'ai bien dit le nez..). urbanlegend0Ben alors, il manque quoi pour que la recette passe de sympa à exceptionnelle? Un peu d'audace (sans trop péter plus haut que son cul quand même, sinon on prend le risque de s'enflammer les cheveux; surtout si on fume..) ? Une bonne dose de sauce tomate et de la tripaille qui vole sur les murs? Un peu de tout ça en fait. "Urban Legend" est trop timide. Cédant aux sirènes du "ça doit être vu par des ados boutonneux se gavant de pop-corn sans qu'ils ne cauchemardent pour le restant de leur vie", tout y a été lissé autant que possible. Les meurtres sont softs, souvent effectués hors-champ, plombant du coup l'élan de sympathie qui se dégage malgré tout du machin. Autre point qui pousse à discussion, certaines facilités scénaristiques piquent carrément les yeux. On a l'impression d'être pris pour des cons à plusieurs reprises et ce n'est pas très agréable. Alors oui, le twist final est plutôt malin et balaye d'un revers de la manche un paquet de questions que l'on pourrait se poser tout au long du film, mais les poncifs sont tout de même là et pas l'ombre d'une étincelle de génie pour enjoliver l'affaire. "Si on te met un coup de pied au cul, serre les fesses, tu auras gagné une chaussure" dit l'adage. Pas sûr que Blanks ai assez contracté son fessier tant l'entreprise est bancale. Les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés.

"Urban Legend" ne révolutionnera pas le genre qu'on a vu renaître avec "Scream" et "Souviens toi l'été dernier" (dans une moindre mesure). Trop lisse, trop sage, le film n'est pourtant pas désagréable à regarder et vous occupera sans vous préoccuper. Quelques légendes urbaines bien exploitées, un ou deux coups de hache mignonnets et une réalisation qui suit la ligne sans s'en écarter d'un millimètre font de ce petit slasher de luxe un agréable compagnon quand on a une soirée à tuer...
3s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier