Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

30Août/160

Critique: Le sanctuaire (The Hallow) – Corin Hardy – 2015

lesanctuaireSynopsis:
Adam s'installe en Irlande avec sa petite famille afin d'étudier les arbres et de déterminer ceux qui seront coupés suite au rachat d'une forêt des environs. Celle-ci semble abriter tout un tas de légendes ancestrales et plus particulièrement celle des "vénérables". Il va vite s'apercevoir que derrière cette fable effrayante se cache un terrible secret...

davidL'avis de David:
Je ne suis jamais contre un bon "monster-movie", surtout si il est bien accompagné. En l’occurrence, la légende qui hante cette forêt Irlandaise et qui sert de berceau à cette histoire de créatures fantastiques est fort joliment pourvue. "The Hallows" me fait penser à tout un tas de films post années 90 qui mettaient en scène ce genre de bébêtes avec plus ou moins de bonheur."Le démon d'Halloween" était un de ceux là (et surement un des meilleurs aussi) et je dois dire que je n'ai pas arrêter de penser à mon cher Pumpkinhead durant toute la durée du film de Corin Hardy (réalisateur pressenti pour le remake du phénoménal "The Crow") .De toute façon, les références sont légion et on sent bien l'amour du genre qui transpire par tous les pores de la pellicule. "The Thing" de Carpenter (une scène avec le chien s'en inspire au plan près), "La mouche" de Cronenberg (pour la métamorphose), "Evil Dead" de Sam Raimi (pour le Necronomicon Irlandais bien sûr mais aussi l'aspect maison perdue dans les bois et entourée de démons qui observent) ou encore "The Descent" de Neil Marshall (l'aspect des créatures) sont autant d'inspirations qui claqueront directement à la rétine de tout amateur qui se respecte (d'aucun y trouveront même référence à l'intemporel "Enfer des Zombies" de Fulci, et on peut dire qu'ils auront l’œil..). L'ambiance est lourde, sombre et tout est fait pour que le spectateur s'inquiète, stresse, pense avoir vu quelque chose mais n'en soit pas sûr (plusieurs séquences font apparaître de manière furtive des ombres et jouent sur nos nerfs en nous forçant à inspecter l'arrière plan). Malin. D'aucun trouveront la mise en place un peu longue (une bonne heure quand même) et l'histoire des "vénérables" un poil trop survolée (on aurait aimé en apprendre plus sur eux), mais le jeu en vaut la chandelle tant le reste est réussi. Car quand la machine s'emballe, elle le fait très bien, nous offrant des créatures superbes (avec de vrais effets spéciaux à l'ancienne) disposant d'un temps de présence à l'écran nettement au dessus de la moyenne. Le scénario nous propose quelques rebondissements bien sentis et un twist attendu qui nous aura tenu en haleine jusqu'au bout (alors, c'est le bon ou c'est pas le bon?). hallowToute la dernière partie sombre dans une noirceur tentaculaire que n'aurait pas renié un certain Lovecraft (l'aspect des monstres et tout particulièrement leurs visages déformés semblent tout droit sortis d'un de ses romans) et même le générique final nous réserve une sympathique surprise qu'il serait bien dommage de manquer (je ne sais pas pourquoi mais j'ai immédiatement pensé à "Prophecy" de Frankenheimer.. Decidemment, que de références..). Au rayon des déceptions on pourra toujours se plaindre d'un démarrage un peu lent avec des séquences qui finalement ne servent pas l'histoire, de poncifs récurrents et vus mille fois (le voisin menaçant qui essaye de faire peur à tout le monde) ou encore de quelques incohérences narratives (le jour et la nuit tombent bizarrement parfois) mais rien qui n'entachera le petit plaisir coupable qu'on ressent devant cette série B calibrée pour les amoureux du genre. Hardy aime ce qu'il fait et ça se voit. Et puis moi j'aime ce qu'il fait, cette ambiance de forêt mystérieuse qui semble habitée par des elfes ou d'autres démons légendaires, ce brouillard, cette obscurité tantôt menaçante, tantôt subjuguante.. Alors oui, pour l'originalité on repassera, mais après tout le plus important c'est de se faire plaisir non? Laurel serait fier de son acolyte en tout cas (cherchez bien, elle est très con).

"The Hallows" est une petite série B comme on en fait plus. Un film qui aurait trouvé sa place sans problème au milieu des fleurons du genre dans un bon vidéo-club de quartier. De la peur juste ce qu'il faut, des monstres très bien mis en valeur et une ambiance mystique font du film de Corin Hardy un très agréable moment de cinéma Bis. Et en plus on peut s'amuser à trouver toutes les références disséminées ça et là aux quatre coins de l'image.. Pas indispensable mais foutrement plaisant!
4s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier