Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

21Sep/160

Critique: The Shallows (Instinct de survie) – J.Collet-Serra – 2016

theshallowsSynopsis:
La jeune et talentueuse Lar.. Nancy (pardon) surfe en solitaire sur une plage secrète du Méxique quand elle est attaquée par un monstrueux requin blanc. Elle se retrouve coincée sur un rocher à peine à 200 mètres de la plage, momentanément hors de portée des dents de la mer. Pour regagner la terre ferme, elle va devoir livrer le plus terrible des combats...

davidL'avis de David:
Je suis un vieux con.. Ben oui, autant se l'avouer et arrêter de se battre contre vents et marrées; à peu près tout ce qui sort en ce moment estampillé production horrifique me fait chier (à deux trois exceptions près)... Et c'est pas cet "instinct de survie" qui va changer la donne. Mon instinct de survie à moi il aurait dû me dire de fuir très loin sans passer par la case rocher, sans me couper sur une coquille de moule frelatée qui m'aurait filé la gangrène, mais bon, on se dit "laissons lui sa chance, ça va peut-être marcher cette fois-ci".. Je dois l'avouer, si je repense au film sur le ton de la parodie, je peux dire que je me suis vraiment bien marré. Parce qu’il faut bien reconnaître qu'un tel ramassis d'incohérences on a plus trop la chance d'en voir (à ce haut niveau j'insiste) et donc de se fendre la poire. Là, quand je repense à ce que j'ai vu, la seule image qui me vient est celle d'un scénariste complètement défoncé avec deux doigts à chaque main qu'on arroserait à l'alcool à brûler pour qu'il se grouille. Lucide le mec. Tout commence avec des beaux paysages, très beaux même, Blake Lively regarde l'horizon et se dit que la lumière doit lui faire un joli teint. Une plage secrète, de belles vagues, Blake Lively est contente et pose sous différents angles, enlève et remet son petit gilet moulant (histoire que tout le monde ai bien vu) et se décide à aller surfer.Oui, Blake Lively elle surfe, et pas que sur la hype. Là, un gros requin tout plein de dents attaque Blake Lively (qu'on appellera désormais Patate, ça sera plus simple) et lui mords sauvagement la guibolle. Patate n'a pas la frite et se réfugie sur un rocher. Pour refermer la plaie béante, elle utilisera ses boucles d'oreilles en guise d'agrafes, même John Rambo n'aurait pas osé (en même temps si il avait eu des boucles d'oreille, ça n'aurait pas été pareil). Contente et la tête plus légère de chaque côté, elle se dit qu'un petit somme devrait la requinquer (c'est plutôt la faire revivre après sa mort brutale due à l’Hyperkaliémie déclenchée par l'excès de potassium relâché dans le sang quand elle dessert son bandage). Elle laisse donc passer la marée descendante (c'est bien connu, la marée haute a tendance à handicaper grandement les déplacements des requins, et patate le sait bien; elle chopera donc le bon moment) et se décide à essayer des trucs. Entre temps, un autochtone se fait bouffer (pas que la jambe lui, comme quoi le requin a ses préférences ou pire, a été briefé) et elle fait la connaissance de "Chouette" la mouette. Celle-ci, blessée à l'aile droite, tient compagnie à Patate qui décide de lui remettre l'épaule en place (oui vous avez bien lu, fou rire garanti).. En tant qu'étudiante en médecine, elle peut au moins faire ça. Chouette se dit Chouette, je vais pouvoir voler à nouveau, t'es trop cool Patate. 447094En attendant, le requin a grave la dalle et se dit qu'une baleine entière et deux trois pèlerins ça suffira pas et que lui ce qu'il veut c'est le sac d'os de 35Kgs qui est perché sur le rocher. Normal, ça fait un bail qu'il n'a pas mis l'aileron dans un McDo, du coup les frites ça lui manque. Il va donc tourner comme un con pendant 2 jours avec l'espoir de choper quelque chose.. A moins qu'en fait il ai une énorme carie et que du coup c'est d'un cure dent dont il a besoin; tout s'explique. Bon, j'arrête mes grosses conneries (et Dieu sait que des incohérences y en a une liste longue comme le bras, mention spéciale à la baston finale), ce film n'est pas pour moi, c'est un fait, je ne suis pas la cible. C'est bien connu, les vieux cons n'aiment rien de toute façon. C'est con (encore), parce-que la réalisation est plutôt classe, aidée par une photo très propre et des effets spéciaux qui pour une fois tiennent plutôt bien la route. Le requin, quand on le voit, est bien fait et réserve même quelques sursauts de derrière les fagots mais voilà, ça ne suffira pas. Ça ne suffira pas à faire passer la pilule d'un scénario tellement con, que même des pieds refuseraient d'y être associés. On oubliera pas la couche "patho" habituelle avec une maman décédée lors d'un AVC du scénariste, le papa fier de sa fille qui l'encourage à reprendre ses études, bla bla bla.. Allez, j'arrête, je vais plutôt me taper un bon saumon grillé. Dégage la mouette!

Sacrée boulette que ce film de requin complètement crétin qui ressemble à s'y méprendre à un GROS pop-corn tout boursouflé qu'on oublie sitôt avalé ("The Swallows" ça aurait dû s'appeler). C'est con, chiant, et ça ressemble à un beau gâchis tant l'emballage du grain de maïs était plutôt léché (c'est l'effet du sel ça). Bref, j'ai pas aimé, mais je le répète, je suis un vieux con totalement désabusé qui veut revoir "Jaws"...
1s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier