Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

15Nov/160

Critique: Dead Snow 2, red vs dead – Tommy Wirkola – 2014

deadsnow2Synopsis:
Martin, seul survivant de la tuerie enneigée qui opposait zombies Nazis et campeurs du dimanche, se retrouve affublé du bras de son pire ennemi. Difficile a maîtriser, celui-ci lui octroie des pouvoirs surnaturels très puissants. Et il va en avoir bien besoin (aidé par un groupe de tueurs de zombies) car Herzog est toujours à ses trousses..

davidL'avis de David:
Prendre un putain de panard comme à la bonne époque des "Bad taste" ou encore "Braindead" de Jackson, et ben c'était pas arrivé depuis... la bonne époque justement. Je ne comparerais pas ce "Dead Snow 2" à ces deux chef d'oeuvre du génial réalisateur néo-zélandais mais on ne s'en situe pas bien loin, tout du moins dans l'outrance. Ce second opus prends donc directement place après les événements du premier et voit notre pauvre Martin affublé d'un bras qui n'est pas le sien. Greffé du bras de Herzog par erreur, il va devoir apprendre à maîtriser ce membre fou capable du pire comme du pire.. Mais plutôt que de pleurer sur son triste sort, notre guerrier indestructible (ou presque) va utiliser ce nouvel allié pour aller mettre une bonne grosse baffe dans la bouche au commandant Nazi et à sa nouvelle garde rapprochée (et quand on voit sa bouche, faut vraiment en vouloir). Sous couvert de ce postulat de départ rachitique, Tommy Wirkola nous offre un pur concentré de délire en osant presque tout. Comment rester de marbre quand Martin tente de faire un massage cardiaque à un gamin et, sans le faire exprès, lui perfore littéralement la cage thoracique (oups); ou pire encore, quand Herzog tire au canon sur deux pauvres mamans s'enfuyant avec leurs poussettes (il faut voir les morceaux de bébés voler à l'écran pour le croire). Tout sera prétexte à l'outrance, aussi bien dans le gore que dans la franche rigolade. Roulage de pelle à un zombie la bouche pleine de vomi, électrocution avec un intestin grêle, éclatage de tronches en pagaille.. Adorateurs de gros gore qui tâche vous allez être servis comme jamais. Le point culminant étant cette délirante bataille finale entre des zombies Russes et des zombies Allemands, véritable point d'orgue d'une avalanche de tripailles bien rouges et dégoulinantes. Les seconds rôles ne sont pas en reste avec une équipe de chasseurs de cadavres bien con mais ds2plutôt efficace et surtout un zombie dévoué corps et âme à Martin qui va passer son temps à se faire ruiner de la pire des manière (un Tex-Avery live à lui tout seul, chacune de ses mises à mort étant précédée d'un petit soupir qui le rend trop choupinou). Des barres, des barres et encore des barres. Les Sfx sont parfaits, c'est bien mis en scène, bien joué, sacrément marrant (les deux zouaves dans le musée qui restent immobiles déguisés en soldats Allemands) et diablement jouissif dans tous les excès possibles. Parfois, on peine à croire que le bouchon va être poussé aussi loin et pourtant si, ils le poussent, et bien au fond. Tétraplégique explosée, enfants, familles entières décimées dans une séquence complètement dingue à la sauvagerie inouïe.. et tout ça dans la joie et la bonne humeur (séquence qui sent l'hommage au "Loup Garou de Londres" de Landis à plein nez; les soldats Nazis attaquant la famille de David Naughton via un schéma similaire dans un de ses cauchemars). On aura même droit à un coït répugnant entre un humain et un mort-vivant bien pourri  (ou plutôt une) dont on imagine aisément l'état de netteté de l'entre-jambes.. Sortez couverts qu'ils disaient..

"Dead Snow 2" fait partie de la petite famille des suites qui s'en sortent mieux que l'original. Beaucoup d'humour, de la bidoche en pagaille et une action qui ne faiblit jamais rendent ce spectacle hautement divertissant. Une petite pépite qui donne tout ce qu'elle a et qui nous laisse avec une banane de tous les diables. Sans déconner les gars, si vous êtes partant pour un troisième, moi j'en suis.
5s5

 

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier