Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

30Jan/170

Critique: Crimson Peak – Guillermo Del Toro – 2015

Synopsis:
Edith, fille d'un riche promoteur Américain, tombe éperdument amoureuse de Sir Thomas Sharpe et décide de s'installer avec lui en Angleterre. Elle se retrouve alors dans une étrange demeure perchée sur une montagne d'argile couleur rouge sang. Peu à peu, elle va en découvrir les secrets... 

L'avis de David:
Dire que j'attendais le nouveau film de Guillermo Del Toro était un euphémisme. Amoureux de son cinéma depuis "L'échine du diable" et "Le labyrinthe de Pan" (même "Mimic" j'ai aimé, c'est pour dire), le voir œuvrer sur une histoire de fantômes à consonance Romantico-Gothique ne pouvait que me mettre la bave aux gencives. Stop, vous pouvez ranger la serpillière, on ne pataugera pas dans le gluant ce coup-ci (encore)... Non pas parce que le film est spécialement mauvais, mais plutôt parce qu’il est ceinture noire de pipotsu et nous vend un truc que l'on ne reçoit jamais (et t'as beau appeler UPS, il ne se passera rien). La sur-vendue histoire de fantôme macabre devient bien vite une romance en costume un peu trash saupoudrée d'une bonne rasade de thriller manichéen.. Las. Parlons tout d'abord de ce qui fâche le moins. C'est bien réalisé, très bien même. On reconnait aisément les tics du réalisateur mais on est happés par la beauté de l'image, du cadrage, et l'éclatante photographie de certains plans. C'est jouli et la balade est très agréable, Del Toro n'ayant décidément pas oublié comment raconter une histoire. Les acteurs sont, à ma plus grande surprise, très bons et portent leurs personnages avec une conviction communicative. Sharpe a un fond triste, et ça se ressent, sa sœur inspire la méfiance, Edith la naïveté.. Bref, tout le monde est à sa place, tout comme il faut. La musique est jolie et les effets spéciaux, principalement pour les fantômes et quelques exactions bien violentes, tiennent la route. L'aspect des revenants est quelque peu déroutant mais fait très bien son petit effet et chacune de leurs apparitions réjouira tout amateur qui se respecte. Bon, en fait c'est là que le bas commence à blesser, voir à se filer totalement. Ben oui, y sont où les fantômes??? La maison manquait de draps? Tous les boulets sont rouillés? Y a une fête en haut chez Balsen? Bref, on m'a vendu un film de fantôme qui n'en est pas un, c'est moche. L'histoire principale (la vraie), sorte d'épisode de Derrick en costume, est plate, chiante et affublée d'un scénario écrit par un manchot sans mains (sans déconner, on préfère garder des preuves ultra compromettantes plutôt que de les brûler dans sa graaaaaande cheminée) et seules quelques mises à mort nous tireront de notre torpeur pour nous rappeler de quelle folie créatrice/destructrice peut être capable le père Guillermo (le crâne éclaté sur un lavabo vaut vraiment le détour). Pour tout vous dire, le maître a même fini par céder aux sirènes du Jump-scare assourdissant. C'est efficace (j'ai sursauté au moins une fois) mais tellement téléphoné et en deçà de ce qu'il est capable de nous offrir. Tout est vu et revu des centaines de fois et même si le réalisateur parvient toujours à en imposer par l'image (aidé par des décors juste sublimes), tout le reste saborde en permanence son envie de bien faire. Reste une virtuosité visuelle toujours aussi évidente qui allie la beauté d'environnements dignes de la Hammer grande époque sans jamais faire dans la lourdeur, et c'est déjà pas si mal. La grâce, il a la grâce...

Del toro à la barre d'un nouveau film d'horreur bardé d'un budget de 50 millions, le kif absolu pour tout amateur digne de ce nom. Et en plus le bougre retourne à ses premières amours, les fantômes mélancoliques. Quel dommage que le scénariste se soit endormi sur son stylo. Convenu, mou du genou et assez loin de ce que le réalisateur peut faire de mieux ("Hellboy 2" dans le genre délire de fan monstro-fantastique), le film est sauvé par une mise en image sublime et une interprétation dans le ton. Mais s'te plait Guillermo, plus jamais ça; la prochaine fois tu lâche les chevaux, tous, pas juste le poney!

 

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier