Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

13Mar/170

Série TV: Stranger Things Saison 1 – Duffer Brothers – 2016

Synopsis:
Un soir de Novembre 1983, un jeune garçon prénommé Will disparaît aux alentours de la petite ville de Hawkins. Sa mère, convaincue qu'il se cache et qu'il est toujours en vie, le cherche sans relâche. Son frère sa bande de copains et le chef de la police vont peu à peu unir leurs forces afin de le trouver et vont découvrir de bien vilaines choses jusqu'ici dissimulées par le département de l'énergie du gouvernement...

L'avis de David:
Du temps. Oui j'ai mis du temps à entamer cette série dont tout le monde parlait depuis quelques temps (justement). A la ramasse Grim, comme d'habitude vous me direz, et vous seriez méchant mais tellement dans le ton. Et puis je ne suis pas vraiment série moi, je l'avoue... Mis à part les "Masters of Horror", "Fear itself", "Les contes de la Crypte", "La quatrième Dimension", "Walking Dead"... Ah merde, en fait je suis un peu série quand même finalement... Bon bref, j'ai mis le temps à démarrer mais une fois la machine lancée un tout petit weekend m'aura suffit à visionner les 8 épisodes de cette première saison qui restera dans mon cœur. Tout respire l'hommage à cette période que j'adule tant: les sweats criards, les synthés retentissants (mention spéciale à Kyle Dixom et Michael Stein qui nous offrent une bande son électro de toute beauté), l'avènement de "Star Wars", John Carpenter, les films d'aventures fantastiques de Spielberg, John Carpenter (je l'ai déjà dit?)... Tout, je dis bien tout, nous replonge dans cet âge doré qui nous allait si bien. "Stranger Things" est une de ces rares séries qui parvient à vous accrocher, à développer des essors narratifs carrés, des personnages dessinés et ce sans jamais vous ennuyer. Tout repose sur la gestion méticuleuse d'une multitude de fils conducteurs (les acteurs de l'histoire sont nombreux), véritable chemin de croix traçant l'histoire peu à peu sans jamais nous perdre et surtout en nous laissant nous attacher à chacune de ces bobines à notre rythme. Une gageure. Ajoutez à cela une pincée de paranormal (une grosse pincée hein, genre bien généreuse), de la SF, un gros monstre tout baveux (et sacrément bien foutu) et des clin d’œils à la pelle (surtout pas l'inverse) à des perles comme "Alien" (un agent s'appelle O'Bannon), "Les Goonies" ou encore "Stand by me" (si vous essayez encore d'inverser pour la vanne gore juste avant laissez tomber). Si on pousse un peu plus loin l'analyse, on remarquera les uniformes des policiers de Hawkins, semblables à ceux d'Amity Island dans "Les dents de la mer" ou encore la police de caractère du titre qui était celle utilisée pour tous les romans de Stephen King sortis dans les années 80 (et je ne parle même pas des affiches des films de Carpenter et Raimi). On s'amuse, on pleure, on rit mais on est pas au pays d'une blonde à couettes et ce mélange délicat d'émotions diverses fonctionne à plein régime sans jamais nous laisser sur le carreau. Les acteurs sont bons avec une mention spéciale à la bande de copains, immédiatement attachants, et à la toute jeune Millie Bobby Brown qui illumine le cadre à chacune de ses apparitions. Au rayon des effets à sensations, le job est une nouvelle fois bien fait avec un mélange CGI/Prothèses suffisamment propre pour ne pas nous crever un œil (sans la pelle cette fois). Au rayon des déceptions on ne déterrera pas grand chose du monde à l'envers; Winona Ryder qui en fait peut-être un poil trop dans l'hystérie par moment mais ce serait vraiment pour chipoter. La seule vraie raison de pleurnicher se trouve être l'arrivée du générique final qui sonne le glas d'une première saison riche en émotions qui nous en aura fait voir de toutes les couleurs.

"Stranger Things" est une véritable déclaration d'amour aux années 80. Netflix nous propose là un véritable petit bijou qui va titiller la corde sensible des nostalgiques que nous sommes mais pas que.. Tout le monde trouvera son compte dans cette farandole sucrée/salée mélangeant les genres avec un brio et une facilité qui forcent le respect. Vite, la saison 2 (31 Octobre 2017 aux dernières nouvelles) ..

 

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier