Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

18Sep/17Off

Critique: Get Out – Jordan Peele – 2017

Synopsis:
Chris et Rose vivent un amour sans nuages depuis plusieurs mois déjà lorsque vient le fatidique moment de la rencontre familiale. Les parents de Rose veulent rencontrer leur futur gendre et les invitent pour une réception dans leur domaine du nord de l'état. Bien vite, la situation semble se tendre en partie à cause de leur différence de couleur de peau...

L'avis de David:
Véritable bête de course au box-office, il me fallait voir cette soit-disant pépite précédée d'une réputation plus que flatteuse et de critiques toutes plus dithyrambiques les unes que les autres. Je dois avouer que dès le départ j'avais un méchant a-priori (ça y est on va me taxer de ronchon jamais content et blasé de la vie); en même temps à chaque fois qu'un film met tout le monde d'accord moi je déteste donc normal que ça me rende un poil méfiant... Et bien autant ne pas faire durer plus longtemps le suspens, j'ai détesté.. Fin de la critique, tout le monde rentre à la maison et se tape un nouvel épisode de "Mariés deux enfants"; au moins avec Al on est presque assuré de se marrer un bon coup (bière dans une main et l'autre dans le caleçon). Bon ok, même s'il n'engage que moi je vais étoffer un peu mon avis histoire que vous ne soyez pas venus pour rien (un peu comme moi avant le film). Tout ce bruit pour ça.. Pamphlet dénonciateur du racisme passif aux Etats-Unis, "Get-Out" (j'aurai dû suivre le conseil) enfonce des portes ouvertes avec une pointure 52 tout en restant tranquillement assis le cul entre deux chaises (oui, je conçois qu'enfoncer une porte assis semble compliqué, pourtant le film nous prouve le contraire en laissant son héros se mettre du coton dans les oreilles assis, pieds et poings liés à un gros fauteuil.. balèze..). Une fesse se contracte et essaye de nous faire frissonner tant bien que mal tandis que l'autre cède au cynisme et même à l'humour bas du front pour légitimer son propos (autant dire qu'au milieu ça sent le caca à tous les étages). Le film est mou, chiant (avec les deux fesses), met trois plombes à démarrer pour finalement clôturer le spectacle avec un gros pétard bien mouillé et bien gras qui sentira plus mauvais qu'il ne fera du bruit. La réalisation est propre, mais sans génie, et les acteurs (seul point positif du bidule) jouent plutôt dans le ton (mention spéciale aux serviteurs habités par les ancêtres qui sont vraiment chelous -même si encore une fois, ils participent à une des nombreuses incohérences du scénario que je ne détaillerai pas pour éviter le spoil sauvage mais dont nous pouvons débattre via les commentaires pour les plus téméraires-). Le temps passe mollement, on ne rit pas (le copain lourdaud est juste insupportable), on n'a pas peur (ou alors juste du temps qui passe) et on nous emmène péniblement vers un final teinté de vengeance censé faire exulter les foules après tant de frustrations. Fausse joie, mis à part deux trois effets gores improbables (c'est sûr qu'une tête de cerf c'est tout de suite plus pratique comme arme pour se défendre) il ne se passera pas grand chose dans le caleçon de l'amateur d'horreur venu chercher sa dose quotidienne.

Pénible, voilà ce qui me vient tout de suite à l'esprit quand je repense à ce visionnage. Lourd, chiant, mou, les superlaxatifs(..) pardon, les superlatifs me manquent tant j'ai eu l'impression de souffrir à la place des protagonistes. Cette fois c'est sûr, je ne suis définitivement pas dans la norme et quitte à me faire conspuer (voir crucifier si je veux choquer) je préfère dire que tous les goûts sont dans la nature, les miens ne collant décidément pas à la production horrifique actuelle (celle qui a le vent en poupe).

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier