Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

29Sep/17Off

Critique: C.H.U.D. – Douglas Cheek – 1984

Synopsis:
En 1977, le très sérieux New York Times fait état d'une colonie de SDF vivant dans les tunnels sous la ville. Des rumeurs signaleraient que ces mêmes tunnels seraient devenus un lieu de choix pour certains industriels peu scrupuleux afin d'y déposer leurs déchets toxiques. Peu à peu, des disparitions inquiétantes attisent la curiosité d'un inspecteur et du responsable d'un foyer pour sans abris.

L'avis de David:
Oui je sais ce que vous allez me dire. La nostalgie empeste toute cette critique tellement fort qu'on la sent même sur les onglets d'à côté... C'est pas totalement faux. C.H.U.D. ("Cannibale Humanoïde Usurpateur Dévastateur" ou plus trivialement "Cradoquerie Humaine Ultra Déformée *et moche *et cannibale *et moche") distille ce doux parfum des années 80; l’insouciance, les dérives gores, la musique synthétique, les dialogues parfois totalement à côté de la plaque (d’égout?).. Une recette qui fonctionne chez moi à fond les ballons et fait automatiquement grimper le capital sympathie d'à peu près n'importe quel film. Bon, ne nous fâchons pas. Les acteurs (malgré un paquet de trognes connues comme John Heard, Daniel Stern ou encore John Goodman l'espace de quelques minutes) font ce qu'ils peuvent mais sont souvent à la limite du potache (le flic dont la femme a disparu et qui finalement ne montre un poil d'énervement que sur la fin..), le rythme est plombé par un tronçon central rempli de blabla et d'aller-retours totalement inutiles, certaines incohérences sont au moins aussi dévastatrices que les créatures du titre et pourtant... On ne s'ennuie pas (ou pas trop en tout cas). Le sujet (qui égratigne frontalement l'Amérique de Reagan) a le mérite d'être encore "presque" d'actualité et les créatures (même si elles ont fatalement vieillies et qu'elles n'interviennent que tardivement dans l'histoire) font toujours leur petit effet à grand coup d'appel de phares (un clignement d’œil et l’électricité de tout le quartier devait être à plat). Le gore n'est pas en reste avec quelques découpages/dépeçages à l'ancienne (le réalisateur ayant tout de même une fâcheuse tendance à nous montrer surtout le résultat plus que l’exécution) et la tension est assurée au travers d'une poignée de scènes dont celle de l'attaque dans l'appartement (la séquence introductive du petit garçon qui joue devant la porte de la cave juste avant l'arrivée des monstres fait toujours mouche). On ne passera également pas sous silence l'excellente bande musicale typée années synthé et soulignant avec brio la glauquitude de certains plans. Bref, pas grand chose à en dire mais 33 ans après le truc passe toujours comme un bon burger bien gras qu'on arrive tout de même à digérer avec le sourire. Il y a peu, Rob Zombie avait montré de l'intérêt pour nos SDF atomiques dévoreurs de chair humaine et semblait même disposé à réaliser un remake. Très curieux de voir quelle sera sa vision de la chose et si le contexte siéra encore à merveille à notre belle époque bio (c'est marrant, avec le nucléaire et le changement climatique, je suis convaincu que oui.. C'est mon troisième petit doigt qui me le dit). A noter que le film avait remporté le prix du meilleur film fantastique, lors du Festival international du film fantastique de Bruxelles en 1985 (bon ok, ils avaient dû sacrément charger en moules et en Kriek). Petite anecdote qui n'engage que moi; les différentes affiches du film arborent toutes un look "troma" assez évident mais sûrement rien à voir avec le fait que notre ami "Toxic Avenger" devait débarquer sur les écrans quelques mois plus tard (une vague histoire de mec transformé par des déchets toxiques je crois.. Rien à voir je vous dit).

C.H.U.D. fait vraiment partie des péloches mésestimées que je ne peux pas m'empêcher d'aimer, même 30 ans après (des trucs comme "Humongous" ou encore "Mausoléum" pour ne citer qu'eux. Pas très bons mais tellement délicieux). C'est comme quand on va au fast-food. On sait qu'on risque l'indigestion (dans le meilleur des cas) mais on ne peut pas s'empêcher de se sentir bien quand on mord dedans.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier