Synopsis:
Dans un quartier résidentiel sans histoires, une jeune babysitter va devoir protéger un adolescent d’un cambriolage qui semble tourner en assaut meurtrier. Mais peu à peu, elle va se rendre compte que le danger ne vient pas forcément d’où elle l’attend le plus…

L’avis de David:
Mais que voilà encore une bonne petite surprise pour démarrer la nouvelle année. Sorti de nulle part, cet étrange mix entre « Maman j’ai raté l’avion », »Scream » et à peu près tous les slashers des années 90 déboule sans prévenir en nous mettant une rafale de gifles en pleine tronche. Tout commençait pourtant de manière très convenue. Noël, ambiance gentillette façon comédie post eighties avec personnages caricaturaux au possible; mais bon dieu qu’est-ce qu’on est venu foutre devant ce machin qui part en fond de première sans même s’embarrasser du compte-tours. On embraye sur un home-invasion pépère, plan-plan, qui ne présage rien de bon pour la suite et là, miracle, le virage à 90 degrés… Tout ce classicisme mielleux se transforme en un truc bien méchant, écrit de main de maître avec un humour au vitriol proprement décapant. Les acteurs portent ce scénario rempli de surprises sur leurs épaules et nous entraînent avec eux dans un tourbillon d’émotions (stress, tension et agacement en tête) qui vont mettre la cocotte sous pression jusqu’à un final qui laissera sur le cul la plupart d’entre nous. Olivia Delonje (découverte dans « The visit » de Shyamalow) nous gratifie d’une prestation de babysitter blonde pas nunuche pour un sou mais c’est surtout Levi Miller (« Pan » t’es mort) qui laisse sans voix tant il arrive à exhorter nos pensées les plus noires dans un numéro de schizophrène de très haute volée (Virginia « Candyman » Madsen est aussi de la partie ce qui est de plus en plus rare de nos jours). Amateurs de sauce tomate tendance boulette et giclées bien épaisses, passez votre chemin. La plupart des exécutions sont ici plus suggérées que montrées mais on s’en fout, croyez-moi. Ce qui prime c’est cet enchaînement de catastrophes qui entraînent petit à petit nos protagonistes vers un point de non retour à l’issue désespérée. D’ailleurs, puisqu’on en parle, ne partez surtout pas lors du générique de fin… Petite séquence post générique au programme, qui finira de vous clouer au siège pour votre compte. La réalisation est propre, tout se tient et rien ne vient nous sortir de ce méga coup de trique que personne n’avait vu venir. Je sais, je me répète mais je n’avais pas vu de script aussi intelligent depuis bien longtemps. On en sort rincé, mais heureux. En ces temps de fête, cette proposition de remplacement à la guimauve et aux bons sentiments fait un bien fou par où elle passe. Je n’en dirais pas plus, au risque d’éventer une intrigue qui n’en demande pas tant, mais sachez juste que vous allez en prendre pour votre grade.

  • 7/10
    Scénario/Histoire - 7/10
  • 5/10
    Trouillomètre - 5/10
  • 4/10
    Gore/Effets sanglants/Violence - 4/10
  • 4/10
    Ambiance musicale - 4/10
  • 5/10
    Effets-spéciaux - 5/10
7/10

Conclusion

Petite critique (pour ne rien spoiler sans le faire exprès, ce serait gâché, autant le faire exprès) mais grande bobine que cet ovni mélangeant les genres avec brio et nous cueillant comme des bleus là où on ne l’attendait pas. Malin, très malin, le film file comme une flèche, sans temps morts et se permet même un twist comme on en fait plus. Entre la bûche et le foie gras (ou l’inverse) c’est que du bonheur.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier