Synopsis:
Lors d’une patrouille de routine, l’officier Daniel Carter trouve un jeune homme blessé sur le bord de la route. Couvert de sang, celui-ci semble sérieusement avoir besoin de soins; Carter le conduit donc à l’hôpital. Peu après son arrivée, le personnel du centre commence à se transformer en créatures monstrueuses. L’officier va prendre la tête d’un groupe de rescapés et tenter de survivre à une nuit qui s’annonce cauchemardesque.

L’avis de David:
Étrange croisement que ce film mitigé cochon d’inde, sorte d’ovni mélangeant le survival au film de monstre, en rajoutant une large louche d’horreur avec quelques « marcheurs » décharnés et une espèce de pseudo gourou tout rouge bien décidé à peler la tronche de tout le monde. Étrange (oui je sais je l’ai déjà dit), mais diablement efficace puisqu’on est littéralement happé par le récit dès que les ennuis commencent (c’est à dire très vite). Plein d’effluves diverses sont venues se rappeler à mes narines à la vision de cette série B culottée. « Hellraiser » bien sûr (je ne spoilerai pas mais l’analogie est évidente), « The thing » de Dieu Carpenter avec ses monstres visqueux et difformes mais aussi « L’au delà » de l’autre Dieu Fulci (la scène de la morgue avec les morts qui se relèvent m’y a furieusement fait penser) ou encore l’oeuvre de Lovecraft et ses tentacules sortant de tous les orifices. Gavés de références jusqu’à la moelle, « The Void » ne fait jamais tâche et malgré un budget qu’on imagine rachitique (ou en tout cas pas loin d’égaler celui de la cantoche d’un Bruckheimer), se permet de nous asséner un paquet de scènes gores sacrément impressionnantes (et toutes réalisés en live, comprenez sans numérique ou presque). Même les monstres (nombreux) sont réussis et affichent un niveau de dégueulasserie qui faisait cruellement défaut aux dernières productions du genre. Alors, on le tient notre film de monstre du 21ème siècle? Oui et non, le tout n’étant pas exempt de défauts quand même. La réalisation est le poste qui pèche le plus dans cet océan de bonnes intentions. Pourquoi se priver de filmer de bons gros monstres bien baveux vous me direz, il vaut mieux les plonger dans la pénombre.. Mais si, pour la sacro-sainte peur ma bonne dame. Résultat, le premier monstre (qu’on DEVINE sublime, ce qui est d’autant plus rageant) n’est que très peu visible, le pompon revenant à l’immense machin de la fin qui ne se verra montré que par petits bouts, ce qui fout une bonne partie de l’effet en l’air.. Au rayon déconfiture on citera aussi un scénario ultra light qui se permet en plus de nourrir des séances de blabla totalement futiles qui de toute façon ne vous apprendront rien. Bon ok, j’avoue, je ne peux pas être vraiment méchant envers un truc aussi respectueux d’une période tellement chère à mon cœur. Accusez moi d’excès de nostalgie si vous voulez mais même si les défauts sont bien là, le tout est suffisamment user-friendly pour me mettre dans sa poche. Au moins on ne s’ennuie pas et certaines scènes envoient vraiment le stock de tripailles à la gueule du spectateur; rien que pour ça le film mérite toute ma bienveillance… Tant pis si le tournant pris en fin de bobine aurait mérité une chicane supplémentaire pour éviter la sortie de route et l’enlisement de l’intrigue.

  • 5/10
    Scénario/Histoire - 5/10
  • 5/10
    Trouillomètre - 5/10
  • 7/10
    Gore/Effets sanglants/Violence - 7/10
  • 6/10
    Ambiance musicale - 6/10
  • 8/10
    Effets-spéciaux - 8/10
7/10

Conclusion

Gentillet et respectueux jusqu’au bout des ongles, « The void » sait aussi se montrer méchant quand il s’agit d’aligner les monstruosités baveuses et dégoulinantes (et certainement odorantes aussi mais ça on pourra pas vérifier). Dommage qu’il se prennent les pattes dans le maquis en oubliant de nous montrer ses créatures plus en détail (qui semblaient pourtant superbes), faisant du coup reposer son succès sur un scénario bancal qui n’en demandait pas tant. Malgré tout un bon divertissement gore qui ne franchira pourtant pas les portes de la postérité des films qui en ont dans le pantalon (culotté donc, pas burné).. 


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier