Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

4Mai/18Off

Critique: Pumpkinhead 4, les sacrifiés – Michael Hurst – 2007

Synopsis:
Deux familles se livrent depuis des années une lutte sans merci nourrie par une haine féroce les uns envers les autres. Les Hatfield et les McCoy se détestent et voient d'un très mauvais œil l'histoire d'amour naissante entre deux de leurs membres, Ricky et Jodie. Un soir de brouille, la sœur de Ricky est tuée accidentellement et va déclencher une vengeance d'outre-tombe qui ne laissera personne s'en tirer...

L'avis de David:
Dernier épisode d'une saga instaurée par Monsieur Stan Winston il y a de cela 30 ans maintenant, ce "Pumpkinhead 4, les sacrifiés" reprend les ingrédients sans sortir des clous et devient un film à la sauce Syfy qui à l'époque n'avait pas encore touché aux requins volants et autres bouillies numériques cartoonesques. Qu'on soit clairs dès le départ, l'histoire ne change pas d'un iota et même la créature est réutilisée sans trop de retouches il me semble. Et grand bien leur en a pris tant Winston avait fait (comme d'habitude) un boulot incroyable. La répétition de l'histoire en changeant les lieux et les personnages fait cruellement ressembler ces suites à des nouvelles AREDIT qui auraient pu être issues de recueils comme "Il est minuit l'heure des sorcières" ou "Spectral"; un bon point donc. Je sais par expérience que certains d'entres vous ont déjà à moitié tourné les talons en lisant "production Syfy" et je ne vais pas les blâmer.. Mais attendez! Tournez de nouveau l'autre moitié et refaites moi face (vous gourez pas de sens et faites le en simultané si vous ne voulez pas vous péter la gueule...), nous sommes face au gratin des chasseurs de requins; braves gens, Pumpkinado n'aura pas lieu! Nous retrouvons donc notre tête de citrouille préférée, encore dérangé par un jeune garçon amoureux qui aimerait bien voir sa belle famille transformée en hachis Parmentier (ambiance garantie au mariage). Le Roméo & Juliette du gore. La sorcière est également de retour (fallait bien planter la petite graine) encore plus flétrie qu'avant et Lance Henriksen (qui s'est paumé entre deux plateaux) nous la joue fantôme traînant sa chaîne à boules (oui, en théorie il en a deux), racontant à qui veut bien l'entendre que tout ça c'est pas bien et que tout le monde va mourir. La routine quoi. Reste une créature hyper bien foutue (et sans numérique cette fois, le troisième ayant déjà joué la carte du ridicule), filmée de jour comme de nuit (ce qui rend honneur au fantastique boulot de Winston) qui semble bien plus énervée qu'à l'accoutumée. Autant le dire tout de suite, ça charcle à tous les étages et il est très rare de voir autant d'effets gores dans un film de cet acabit. Tête écrasée, arrachée ou tout bonnement éclatée à coup de tatane (et quand on chausse du 55 fillette, ça prend tout de suite une autre dimension), éventrations, arrachage de divers membres (ou de membres divers c'est comme vous le sentez), le situation dégénère rapidement pour le plus grand plaisir du spectateur avide de sang frais avant une apothéose finale qui aligne un body count sacrément conséquent. Bref, ça vole pas haut, la réalisation est anecdotique (tout en restant proprette) et les acteurs mauvais (voir très parfois) mais c'est en même temps diablement jouissif, fun et généreux. Le petit film parfait pour une Grim-soirée en somme (ou ailleurs...d'ailleurs).

En voilà une petite série B/Z sans prétention qui se laisse déguster comme un vieux popcorn retrouvé au fond du canapé (la chiasse en moins). Court, fun, arborant une créature du plus bel effet et des trucages gores à la pelle, ce quatrième et dernier (pour l'instant) opus de Pumpkinhead remplit le cahier des charges non sans un certain brio. Rien de transcendant mais un spectacle honorable qui fera passer un agréable moment aux fans de "Creature-Feature". Dispensable mais tellement sympathique!

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier