Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

18Mai/18Off

Critique: Mom and dad – Brian Taylor – 2018

Synopsis:
Une adolescente et son petit frère tentent de survivre à une curieuse épidémie qui frappe leur entourage. Un mal incurable qui pousse tous les parents semblent à retourner contre leurs enfants. Ils éprouvent soudain une envie incontrôlable de les massacrer (rien de très nouveau donc)... 

L'avis de David:
L'un des réalisateurs du terrible "Ghost Rider 2" (ouch) fait volte-face et sort Nicolas de la Cage pour tenter de lui racheter une conduite auprès des fans (entre les voitures et les motos, le gus n'a pas mis 60 secondes chrono à couler le box-office). Quoi de mieux qu'une bonne comédie bien noire et bien violente pour tenter de prendre tout le monde à contre-pieds et faire oublier les affres du passé d'une tête de mort décidément cramoisie? Rien me direz-vous, encore faut-il que le pan-cake soit réussi et sans défaut de cuisson cette fois. Et bien force est de constater que la mission est remplie, sans génie certes mais sans trop d'accrocs non plus. Dés le générique (bercé par le sublime morceau "Yesterday, when i was young" de Dusty Springfield), on se retrouve face à un Ovni qui va peu à peu nous entraîner dans une folie meurtrière en perpétuel équilibre entre les genres; une fesse plongée dans l'horreur, l'autre dans la marrade bien grasse et sans pitié. Attention à bien respecter l'équilibre car si écart trop important il y a, le centre des choses peut vite sentir le caca. Mais je vous rassure, on s'amuse plus ou moins tout le temps avec ce nanar. Plus dans la seconde partie d'ailleurs que dans la première, servant plutôt d'introduction à tous les personnages, flash-backs et situations ubuesques à la clé. Une pointe de nostalgie peut-être, un soupçon de tempête intérieure que tous les parents vieillissants connaîtront un jour, vieux-adolescents qu'ils sont, mais rien qui ne nous laissera complètement sur le carreau. Dès lors que l'infection se propage, les choses sérieuses commencent et quelques scènes m'ont clairement arraché un fou-rire. L'accouchement, particulièrement sensible, propose une situation sacrément osée, oscillant entre une violence extrême (le bébé c'est tabou, on en viendra pas tous à bout) et une connerie abyssale qui ne pourra que vous fera marrer (si tenté que vous appréciez l'humour noir façon encre de chine). Quelques bastonnades bien violentes, deux trois défonçages de crânes bien trash et nous voilà déjà à la fin.. Fin qui aurait,elle, mérité un traitement un poil plus bien (hum). C'est l'un des talon d'Achille du film avec les quelques longueurs de la première demi-heure. Aucune explication, rien, nada, peau de balle. Tout semble se terminer sur une note de "je sais pas comment finir alors on fait un fondu au noir, rapport à l'humour" et c'est vraiment dommage tant un petit twist aurait fini le repas sur une note sucrée du plus bel effet. Tant pis pour ma gourmandise. Le film nous divertit, brave quelques interdits et joue avec un style très années 70/80 qui fait vraiment plaisir à voir. Suffisant à mes yeux pour mériter d'animer une soirée et nous sortir un peu de la torpeur ambiante.

Bien joué (Cage est en totale roue libre mais ça lui va bien et fait preuve d'une autodérision juste énorme), bien réalisé (Taylor se rattrape enfin), inventif et diablement original (même si ce n'est finalement qu'une réflexion parodique sur le quotidien de beaucoup de parents), le film réussit son pari en nous divertissant à grand coup de politiquement incorrect dans la gueule. On n'ira pas jusqu'à dire qu'il est excellent, la faute à quelques longueurs et à une fin vraiment expédiée mais ça fonctionne.. Et c'est déjà beaucoup! En tout cas nous on a aimé (mais on a mauvais goût, c'est bien connu).

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier