Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

Critique: Black Storm – Steven Quale – 2014

Synopsis:
La petite ville de Silverton est touchée par une vague de tornades encore jamais vue. Les habitants tentent de se mettre à l'abri alors que les services météorologiques annoncent que le pire est à venir.. Pendant qu'ils luttent pour sauver leurs vies, des chasseurs de tornades cherchent à immortaliser l’œil du cyclone afin de passer à la postérité, faisant fi du danger et des risques énormes qu'ils encourent..

L'avis de David:
Après "Twister", on ne peut pas dire que les films de tempêtes aient été à la fête. La mode était plutôt à l'apocalypse et tous ses dérivés avec plus ou moins de réussite d'ailleurs.. Et là, coup de tonnerre, les producteurs se sont sûrement dit que surfer sur la vague du changement climatique pourrait rapporter pas mal de brouzoufs et bam, voilà que déboule ce "Black Storm" aussi vite que l'éclair. Est-ce qu'on va de nouveau voir voler des vaches, le regard triste, sûrement parceque les ailes n'étaient pas prévues dans la dotation de départ. Bref, le film est construit en partie comme un documentaire; on y suit un groupe de chasseurs de tornades (avec en guest Sarah Wayne bien connue des amateurs de la série "The Walking Dead") bien décidés à filmer les plus impressionnantes images de ce phénomène à l'aide de leur tank maison, le "titus" (sorte de véhicule blindé capable de s'arrimer au sol). En parallèle, un papa (Richard Armitage, parfait sosie de Hugh Jackman) cherche à renouer avec ses n'enfants et accessoirement à les sauver du coup de vent (faudrait pas qu'ils s'enrhument.. ).Du classique me direz vous, du très classique même. Et pourtant, ça fonctionne. Le casting fait bien le job et on s'attache facilement aux personnages (même les deux débiles alcoolisés obligatoires à ce genre de récit arrivent à nous faire sourire). Mais les grandes stars du film sont bien évidemment les cônes de vent et pour le coup on en prend vraiment plein les mirettes. Même si les scènes spectaculaires mettent du temps à venir, quand elles sont là c'est un véritable feu d'artifice. Explosions, maisons qui volent en éclat, cône de feu (durant la fabuleuse séquence de la station service), volets qui claquent et apothéose avec une tornade de la circonférence du kiki d'un Godzilla sous Viagra. Du lourd, du très lourd même. Alors oui, tous les poncifs inhérents à ce genre de productions sont là: le sauvetage in-extremis, le mort qui en fait n'est pas mort, les actes héroïques surhumains, les incohérences du scénario qui essaye de nous la jouer "je sifflote et personne verra rien" et surtout le drapeau Américain, fièrement tendu vers le ciel à la fin. Et bien même avec tout ce paquetage, je dois avouer que je me suis vraiment amusé pendant la projection. C'est spectaculaire en diable, c'est prenant, et ça se dévore en même temps qu'un énorme paquet de Pop-corn coincé entre ses jambes. Mention spéciale à certaines scènes nous immergeant au beau milieu d'une tornade (avec vue sur l’œil du cyclone) absolument uniques et sublimes; on s'y croirait vraiment. Je n'ose à peine imaginer l'expérience avec l'Oculus Rift rivé sur la tête (le cinéma Gaumont Opéra Capucines à Paris proposait l'expérience pendant une durée limitée).. Décoiffant.

"Black Storm" est pour le coup un chouette divertissement, rondement mené et suffisamment spectaculaire pour arriver à vous scotcher au fauteuil le temps de quelques scènes. Pas révolutionnaire (à part pour certains plans d'effets spéciaux carrément superbes) mais réussi, voilà un blockbuster estival savoureux qu'on déguste tranquillement, sans se poser trop de questions, avec le sourire aux lèvres.
3s5