Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

Critique: Trick’r Treat – Michael Dougherty – 2007

Synopsis:
Un petit garçon déguisé en citrouille demande des bonbons au hasard de maisons : le quotidien d'une petite ville Américaine le soir d'Halloween au travers du destin d'une poignée de personnages hétéroclites qui vont chacun vivre leur propre petit cauchemar...

Mon avis:
Trick'r Treat marque le renouveau des films à sketchs, genre oublié ou bafoué depuis les Creepshows et autres Contes de la nuit noire. Et il le fait avec une classe juste incroyable. Vous allez donc suivre les histoires du petit 'Sac-Boy', d'un voisin très étrange, d'une jeune fille voulant faire de cette soirée sa première fois, d'un groupe d'ados préparant une blague de bien mauvais goût et d'un vieil homme aigri détestant les enfants. Toutes ses histoires (et c'est là la force du film) vont s'entrecroiser, se mélanger, interagir entre-elles, tout en s'articulant autour de ce curieux petit garçon à tête de citrouille, véritable pilier central de la soirée (il semble marquer un lien entre le monde des morts et celui des vivants). Michael Dougherty nous offre alors des segments d'une grande qualité, livrant sa version de quelques légendes (certaines connues d'autres moins) à la manière d'un festival de l'horreur; on a d'ailleurs souvent l'impression de se trouver devant feu les DC Comics comme "Spectral" ou "Il est minuit l'heure des sorcières", véritables BD cultes pour moi. En plus donc de la grande qualité des différentes histoires (le scénario est vraiment, vraiment bien foutu), on a le droit à d'excellents effets spéciaux Old School dont une transformation en Loup-Garou de toute beauté. Quelques pointes de gore sont également de la partie et les frissons ne manqueront pas jusqu'au Twist final qui met tout en place et vous laissera bouche-bée...

Je ne veux pas trop en dévoiler sans vous ôter le plaisir de la découverte, mais ce qui est sûr c'est que ce Trick'r Treat est définitivement une oeuvre culte, de la trempe d'un Creepshow, et vous réserve des moments d’effroi délicieusement emballés. La seule chose que je n'arrive toujours pas à comprendre, c'est pourquoi il n'est jamais sorti en France.. même pas en DVD. Seul moyen donc pour  se le procurer, l'import, mais je vous rassure: le Blu-ray américain est dé-zoné et propose la piste Française. Et franchement, vous ne le regretterez pas! PS: juste pour l'info, le N°2 est quasi bouclé et est toujours produit par Michael Dougherty 😉 Bientôt sur Grimmovies..?

Critique: Absentia – Mike Flanagan – 2011

Synopsis:
Tricia vit depuis 7 ans avec la disparition de son mari. Sa jeune soeur décide de venir la rejoindre afin de lui apporter son soutien. Passé 7 ans, une personne disparue est déclarée comme morte "in Absentia". Tricia décide donc peu à peu de refaire sa vie. Mais des évènements étranges vont se produire et pousser Calie, sa soeur, a s'intéresser à un tunnel construit près de la maison. Celui-ci pourrait être une sorte de passage vers un endroit terrifiant bien pire que la mort...

Mon avis:
Voilà une petite perle venue de nulle part! Le genre de film qui vous tient en haleine du début jusqu'à la fin et qui vous prend les tripes. Le réalisateur parvient à instaurer une atmosphère lourde, pesante, qui oscille constamment entre le cauchemar et la réalité. Le folklore, les légendes, sont elles vraies finalement; On s'accroche à tout ce qu'on peut et on est en permanence baladé entre les deux mondes: le nôtre et celui de nos croyances. A ce titre, les visions (ou apparitions, a vous de juger) que Tricia perçoit sont juste glaçantes et rarement fantômes n'ont été aussi bien représentés à l'écran. On finit par douter nous même en permanence de ce que l'on peut voir. Le rythme est lent, et c'est voulu, la musique lancinante (sorte de boucle morose); le tunnel est filmé comme si il était vivant, comme si c’était un personnage de l'histoire à part entière. Point de gore ou de spectaculaire ici (même si le croquemitaine suggéré est diablement efficace!), tout est en voilé, dissimulé, furtif. Et autant le dire, ça fonctionne du tonnerre, le film réservant quelques moments de peur qui font leur petit effet.Au rayon des petites déconvenues, on pourrait dire que certains acteurs en font des caisses (les flics), que la musique finit par énerver (même si elle joue son rôle je pense) mais dans l'ensemble tout se tient et le réalisateur fait preuve d'une maîtrise assez impressionnante.

Absentia est le genre de films indépendants qui vous prouve qu'on peut faire de la qualité avec peu de moyens. On y retrouve des peurs viscérales, traitées comme elles le méritent, qui laisseront une trace dans l'esprit du spectateur. Jouant en permanence avec les codes propres aux contes et légendes de notre enfance, Mike Flanagan réalise un coup de maitre et nous livre un des meilleurs DTV d'horreur de cette année, rien de moins!