Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

Critique: Annabelle 2 Création – David F. Sandberg – 2017

Synopsis:
Traumatisés par la mort de leur fille, un fabricant de poupées et sa femme accueillent chez eux une bonne sœur et les pensionnaires d'un orphelinat dévasté. Peu à peu, les jeunes filles vont découvrir qu'une des poupées de la collection semble possédée par un démon terriblement dangereux...

L'avis de David:
Le premier volet de cette nouvelle série instaurée par les "Conjuring" & co m'avait clairement laissé de bois (le marbre c'est plus cher). Un bois froid, lisse, même mon nez n'est pas parvenu à prendre une taille raisonnable (pourtant le mensonge était comme le film, sur-vendu). Alors on en pense quoi de cette suite qui n'en est pas une puisqu'elle est censée se passer avant. Est-ce qu'on voit le premier coup de rabot sur la tronche décrépie de la rouquine surnommée lèvres de feu (sans dec c'est quoi ce maquillage de merde)? N'en déplaise à Hulk Hogan, la tapineuse de la caisse à jouet s'en sort plutôt pas trop mal cette fois, et ça mérite d'être souligné. Ben oui, mix improbable entre un bilboquet et une barbie gonflée à l'acide hyaluronique (propulsé à l'aide d'une pompe à vélo et je ne vous dis pas où se trouve la valve), ce n'était pas gagné pour Annabelle d'arriver à nous faire peur. Mais le réalisateur ne s'est pas pris les pieds dans le tapis et l'a sacrifiée au profit d'un démon bien plus convaincant. La poupée se trouve donc reléguée au second plan avec quelques apparitions qui nous suffisent bien, l'essentiel des effets chocs venant de son "propriétaire" semblant être plutôt turbulent (ils auraient mieux fait de lui confisquer ça lui aurait fait les pieds). Oui, si on veut vraiment être critique jusqu'au bout, on a souvent l'impression de se retrouver devant un copier/coller des précédents succès du genre ("Ouija 2" ou "Conjuring 2") avec une photo conférant une ambiance assez similaire et quelques effets faciles discrètement transformés (l'homme tordu qui sera incarné ici par un épouvantail -tout de même assez réussi-, la possession de l'enfant par le démon vue mille fois...). Rien de bien original donc, rien de génial non plus, mais une vraie volonté de bien faire et un spectacle qui respire l’honnêteté et l'amour du travail bien fait. Certaines scènes sont bien plus réussies que d'autres et tirent le tout vers le haut comme ces doigts retournés délicatement qui vont vous faire grincer des dents à coup sûr; comme je l'ai dit plus haut, le démon est très réussi, à l'ancienne, avec dents pointues et cornes soignées, parvenant même à nous coller une sacrée frousse dans une séquence mémorable (ah ces yeux qui s'illuminent dans l'obscurité)... A l'instar du précédent film de Sandberg ("Dans le noir"), l'obscurité joue un rôle prépondérant et on ressent parfaitement la menace vicelarde tapie dans l'ombre, rampant vers nous la bave aux lèvres. Sur le plan technique, le film est bien emballé, plutôt bien joué et se suit vraiment sans aucun déplaisir même si on est blasé de toutes ces productions formatées qui s’enchaînent depuis quelques années. Le scénario fait le minimum syndical (avec pas mal d'allers-retours qui ne servent finalement à rien) mais une fois la bobine terminée, ce n'est pas ce qu'on retient et ça c'est forcement bon signe. Vu le nombre de bouses purulentes qui éclaboussent nos écrans et nos yeux ces derniers temps (à ce rythme les lunettes 3D seront bientôt remplacées par des lunettes de soudure, voir le casque intégral quand la gastro visuelle est trop forte), on ne va pas faire la fine bouche lorsqu'un réal obtient un bon résultat avec un matériau de merde (réchauffée en plus).. 

Voilà donc une sympathique suite qui a au moins le mérite d'exister sans provoquer de fortes douleurs rectales à celui qui la visionne; ça fonctionne bien, la dose de frissons recommandée est bien présente et même si on n'atteint pas de sommets, le plaisir est suffisant pour contenter une audience venue chercher quelques sensations fortes. Une suite dispensable mais tout à fait recommandable.

Interview: Tony Gibson, soudain les monstres…

Et voilà, encore un artiste découvert via le livre de faces et quel artiste! Rarement l'impression de voir mes plus chères icônes prendre vie n'aura été aussi forte. Le type a un tel talent que Freudstein ou le capitaine Haggerty semblent plus vrais que nature. Du coup, ici à Grim, on s'est dit qu'il était impossible de passer à côté et qu'il fallait qu'on vous en parle. Hop, Interview!
EN: There you go, another great artist discovered with Facebook and what a genius! Rarely the impression of seeing my dearest icons coming to life has been so strong. The guy has such a talent that Freudstein or Captain Haggerty seem more real than life. So, we thought that it was impossible to miss out and that we had to talk to you about it. 

Salut Tony, nous sommes hyper fiers de t’interviewer sur Grim et complètement dingues de ton travail! Peux tu te présenter un peu pour nos lecteurs? Hi Tony, we are very very proud to interview you and we are totally in love with your work! Can you introduce you to our readers?

Salut David et merci beaucoup! Mon nom est Tony Gibson et je suis de Newcastle en Angleterre. Je réalise des sculptures depuis pas mal d'années maintenant et j'ai aussi sorti quelques kits en résine. J'ai également commencé depuis peu à faire mes propres moules plutôt que d'utiliser un "caster". Hi David, and thanks a lot! My name is Tony Gibson and I'm from Newcastle Upon Tyne in England. I've been sculpting for a number years now and have also released quite a few resin kits. I've also recently started making my own moulds so I can release them myself instead of using a caster.

Peux tu nous dire quels sont tes films d'horreur préférés, tes réalisateurs fétiches? Can you tell us what are your favorite horror movies, directors?

J'aime toute sorte de films d'horreur! En premier lieu je dirais les films de Zombies Européens, spécialement ceux de Lucio Fulci et beaucoup de films d'horreur Anglais des années 70. Les productions Amicus, les films de Peter Walker, ce genre de trucs. "Le massacre des morts-vivants" restera un de mes favoris. Pour les réalisateurs, j'ai toujours été un fan de Fulci, Argento, Soavi, Romero et beaucoup d'autres. I love all sorts of horror films! The one's I keep coming back to though are Euro zombie films, especially those by Lucio Fulci, and a lot of British horror from the 70's. The Amicus anthologies, Pete Walker films, that sort of stuff. "The Living Dead at the Manchester Morgue" has always been a favourite! Directors wise, I've always been a fan of Fulci, Argento, Soavi, Romero and many others.

Ceux que tu déteste? Those you hate?

Je n'en déteste aucun en particulier, enfin je ne crois pas! Je ne suis pas trop client des films de possession ou de "found-footage". Quelques uns sont bons mais il y en a trop et la plupart se ressemblent énormément. I don't really hate any - I don't think! I'm not too keen on possession and found footage films. Some are ok but there's just too many of them for me and the ones I've seen are all pretty similar.

Comment es tu venu à la sculpture? How did you come to sculpture?

J'avais l'habitude de dessiner tout le temps, j'adorais ça, puis j'ai utilisé de l'argile et quelques têtes en polystyrene (celles pour mettre des perruques dessus) pour créer quelques Zombies/Démons à taille réelle. I used to draw all the time, I loved it, then I got some air drying clay and some of those polystyrene heads, the type for putting wigs on, and made some life size zombies and demons.

Avec un tel talent, n'as tu jamais envisagé d'essayer de travailler sur des effets spéciaux de films? With such a talent did you ever wanted to try to work on movies special effects?

Yeah! J'ai toujours voulu travailler là dedans. Je suis un énorme fan de Tom Savini. J'ai toujours son grand livre des illusions et un kit de make-up de Dick Smith. Je l'ai utilisé sur ma petite amie (impacts de balles, gorges tranchées) et elle est toujours mariée avec moi! Yeah! I always wanted to get into that. I was a huge fan of Tom Savini and had - still have his Grand Illusions book and a Dick Smith make up kit. I used to practice on my girlfriend -bullet holes, cut throats - and she still married me!

A propos du cinéma, que penses-tu des effets spéciaux numériques comparés aux effets live (que j'adore)? About cinema, what do you think about CGI effects instead practicals effects (I love practicals!)?

J'aime les effets live aussi mais je pense que les deux ont leur place au cinéma. Les deux styles peuvent être superbes quand ils sont bien exécutés et ridicules quand ils sont ratés. I like practical too but I think both have a place in cinema. Also, both can look great when done right or terrible when not!

Ton travail est absolument incroyable mais pourquoi ne propose tu que des scupltures non peintes (un mauvais comme moi aurait vite fait de ruiner un magnifique buste) ? Your work is absolutely incredible but why did you propose only non-painted sculpts? (A bad like me can quickly ruin a magnificent work)

Merci, c'est très gentil! Pour moi, beaucoup de choses se résument au temps, ou plutôt au manque de celui-ci. Je travaille à plein temps et la sculpture est un passe-temps, quand j'en ai. Et puis mon niveau de peintre n'est pas très bon, je ne pense pas que des gens paieraient beaucoup pour ça! Thanks, that's very kind! For me a lot of it comes down to time, or rather the lack of it. I work full time and fit sculpting in as a hobby when I can. Plus, my painting isn't that good, I don't think people would pay much for it!

proposeras-tu quelques sculptures peintes dans le futur? Will you propose some painted sculpts in the future?

C'est marrant que tu demandes ça, mais oui! Ma femme Carolyn est un excellent peintre et nous sommes actuellement en discussion pour savoir quel kits proposer. Funny you should ask that, but yes! My wife Carolyn is a good painter and we're currently discussing which kits to offer.

As-tu d'autres projets que la sculpture (BD, site web, boutique ou autres)? Et pour ceux qui seraient intéressés, où et comment trouver tes créations?  Do you have other projects than sculpture in future (Comics, website/shop or others)? And For those interested, how and where to find your creations?

J'ai un site web "www.gargoyle-creations.co.uk" qui est actuellement en refonte. Il y a un tas de pièces anciennes dessus et pas assez de nouvelles, donc il sera bientôt mis jour. Le site internet dispose de beaucoup de mes travaux (kits et sculptures) mais c'est mon Facebook qui est le plus à jour avec toutes mes dernières créations.  I have a website www.gargoyle-creations.co.uk which is currently getting a make over. There are a lot of old pieces on there and not enough new ones so it's getting updated. The website still has a lot on, sculpts and kits, but my Facebook page is the most up to date with all my latest work on there.

Un grand merci à Tony pour sa gentillesse et son grand talent! N'oubliez pas de lui rendre visite sur son Facebook mais également sur son site internet: "www.gargoyle-creations.co.uk" et inondez le de messages d'encouragements ou de demandes d'achat! Le Grim artiste du mois pour nous! A big thanks to Tony for his kindness and his great talent! Do not forget to visit him on his Facebook but also on the website: "www.gargoyle-creations.co.uk" and inundate him with love messages or purchase requests! The Grim Artist of the Month for us!

Critique: Clown – Jon Watts – 2017

Synopsis:
La fête d'anniversaire de Jack est sur le point d'être gâchée par l'annulation du clown venu amuser ses convives. Heureusement, son père Kent trouve un costume de clown dans la cave d'une maison qu'il est en train de vendre et décide de le remplacer. Malheureusement pour le gentil papa, le costume trimballe avec lui une monstrueuse malédiction...

L'avis de David:
Tourné en 2014 (si on ne compte pas le court réalisé en 2010), sorti aux states en 2016 (avec une grosse polémique qui collait Eli Roth à la réalisation pour éviter de parler de Jon Watts que personne ne connaissait.. le même Watts qui vient de nous sortir le nouveau Spiderman...comme quoi le cirque ça mène à tout.) et enfin chez nous en 2017.. L'accouchement de ce gros bébé à nez rouge s'est fait non sans une certaine douleur. On ne va pas tourner en rond autour du pot à chocolat, c'est clairement un heureux événement, on peut célébrer. Le mythe du Clown est totalement réinventé. Le bonhomme rigolard et bedonnant est transformé en monstre vivant dans la neige (d'où son nez rouge et tuméfié) qui serait en fait une sorte de créature Hermite se terrant dans une grotte et dévorant les enfants des villages alentours pour se nourrir. Ça c'est fait (sans jeu de mot; les fans du King comprendront). Là c'est la peau de la bestiole qui devient un zouli costume et qui une fois enfilé devient votre seconde peau. Vous êtes en train de vous dire que c'est du total n'importe quoi, hein avouez? Et bien attendez d'en parler au pauvre Kent qui a voulu bien faire et qui se retrouve avec quelques changements hormonaux des plus désagréables. Le film nous propose d'ailleurs de suivre pas à pas cette métamorphose de l'homme en monstre, gueuleton de mômes à l'appui. Parce que oui, s'il y a bien une chose qui frappe dans ce film, c'est qu'il ne se refuse rien. Le clown est méchant, vraiment méchant et il a un appétit d'ogre. Lorsque le premier gosse se fait transpercer par une scie circulaire, on se dit que le réalisateur n'a vraiment pas froid aux yeux (ou qu'il est bricoleur, c'est selon); au troisième englouti avec crachage des os encore couverts de barbaque on ne se pose plus la question... Cette légende n'est clairement pas là pour rigoler et c'est tant mieux. On découvre donc peu à peu cet agitateur de soirées carnivores et le côté sombre qui submerge Kent en même temps que se grime (movies?) son visage blanchâtre évoquant d'abord une grande tristesse (Pierrot?) avant de devenir proprement terrifiant. C'est sûrement là que ce situe la morale si il fallait en trouver une: A force d'essayer de se mettre en scène, de paraître quelqu'un que nous ne sommes pas, d'amuser la galerie pour attirer l'attention sur soi, on finit par devenir sa propre ombre. Bon trêve de psychologie à deux balles, le film tient la route et nous apporte exactement ce que nous étions venus chercher: un monstre bien méchant (et bien foutu, incarné par le maestro Eli Roth himself dans son dernier stade de transformation), du gore juste ce qu'il faut (quelques séquences valent le coup d’œil) et une mise en scène carrée qui sert parfaitement le propos (avec quelques clins d’œil plutôt bien sentis comme le visage qui se dissout à la toute fin qu'on croirait sorti du "Evil Dead" de Raimi). On pourrait lui reprocher un léger passage à vide aux trois quarts (le massacre des gosses c'est rigolo mais ça n'apporte pas grand chose et fait traîner le truc en longueur. On aurait préféré encore plus d'étapes de la transformation) et un final un peu expédié mais je pinaille. Cette chouette série B a au moins le mérite de ne pas pisser plus loin que son fut et nous propose une bonne séance d'horreur à l'ancienne sans fioritures; et franchement c'est déjà pas si mal.

Clown est une excellente surprise pas drôle du tout pour le coup. Un film de monstre à l'ancienne porté de bien belle manière avec juste ce qu'il faut là ou il faut. Jon Watts a donc bien fait d'insister ("Clown" était un court-métrage au départ) et nous offre un très bon moment plein de frissons en attendant le "Ça" de Muschietti. On espérerait presque qu'il revienne à ses premières amour une fois l'aventure du monte en l'air terminée. Allez Jon, tu veux bien encore essayer de nous faire peur? Parceque nous on aime!