Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

Critique: Pumpkinhead 4, les sacrifiés – Michael Hurst – 2007

Synopsis:
Deux familles se livrent depuis des années une lutte sans merci nourrie par une haine féroce les uns envers les autres. Les Hatfield et les McCoy se détestent et voient d'un très mauvais œil l'histoire d'amour naissante entre deux de leurs membres, Ricky et Jodie. Un soir de brouille, la sœur de Ricky est tuée accidentellement et va déclencher une vengeance d'outre-tombe qui ne laissera personne s'en tirer...

L'avis de David:
Dernier épisode d'une saga instaurée par Monsieur Stan Winston il y a de cela 30 ans maintenant, ce "Pumpkinhead 4, les sacrifiés" reprend les ingrédients sans sortir des clous et devient un film à la sauce Syfy qui à l'époque n'avait pas encore touché aux requins volants et autres bouillies numériques cartoonesques. Qu'on soit clairs dès le départ, l'histoire ne change pas d'un iota et même la créature est réutilisée sans trop de retouches il me semble. Et grand bien leur en a pris tant Winston avait fait (comme d'habitude) un boulot incroyable. La répétition de l'histoire en changeant les lieux et les personnages fait cruellement ressembler ces suites à des nouvelles AREDIT qui auraient pu être issues de recueils comme "Il est minuit l'heure des sorcières" ou "Spectral"; un bon point donc. Je sais par expérience que certains d'entres vous ont déjà à moitié tourné les talons en lisant "production Syfy" et je ne vais pas les blâmer.. Mais attendez! Tournez de nouveau l'autre moitié et refaites moi face (vous gourez pas de sens et faites le en simultané si vous ne voulez pas vous péter la gueule...), nous sommes face au gratin des chasseurs de requins; braves gens, Pumpkinado n'aura pas lieu! Nous retrouvons donc notre tête de citrouille préférée, encore dérangé par un jeune garçon amoureux qui aimerait bien voir sa belle famille transformée en hachis Parmentier (ambiance garantie au mariage). Le Roméo & Juliette du gore. La sorcière est également de retour (fallait bien planter la petite graine) encore plus flétrie qu'avant et Lance Henriksen (qui s'est paumé entre deux plateaux) nous la joue fantôme traînant sa chaîne à boules (oui, en théorie il en a deux), racontant à qui veut bien l'entendre que tout ça c'est pas bien et que tout le monde va mourir. La routine quoi. Reste une créature hyper bien foutue (et sans numérique cette fois, le troisième ayant déjà joué la carte du ridicule), filmée de jour comme de nuit (ce qui rend honneur au fantastique boulot de Winston) qui semble bien plus énervée qu'à l'accoutumée. Autant le dire tout de suite, ça charcle à tous les étages et il est très rare de voir autant d'effets gores dans un film de cet acabit. Tête écrasée, arrachée ou tout bonnement éclatée à coup de tatane (et quand on chausse du 55 fillette, ça prend tout de suite une autre dimension), éventrations, arrachage de divers membres (ou de membres divers c'est comme vous le sentez), le situation dégénère rapidement pour le plus grand plaisir du spectateur avide de sang frais avant une apothéose finale qui aligne un body count sacrément conséquent. Bref, ça vole pas haut, la réalisation est anecdotique (tout en restant proprette) et les acteurs mauvais (voir très parfois) mais c'est en même temps diablement jouissif, fun et généreux. Le petit film parfait pour une Grim-soirée en somme (ou ailleurs...d'ailleurs).

En voilà une petite série B/Z sans prétention qui se laisse déguster comme un vieux popcorn retrouvé au fond du canapé (la chiasse en moins). Court, fun, arborant une créature du plus bel effet et des trucages gores à la pelle, ce quatrième et dernier (pour l'instant) opus de Pumpkinhead remplit le cahier des charges non sans un certain brio. Rien de transcendant mais un spectacle honorable qui fera passer un agréable moment aux fans de "Creature-Feature". Dispensable mais tellement sympathique!

Critique: The Void – Jeremy Gillespie – 2017

Synopsis:
Lors d'une patrouille de routine, l'officier Daniel Carter trouve un jeune homme blessé sur le bord de la route. Couvert de sang, celui-ci semble sérieusement avoir besoin de soins; Carter le conduit donc à l’hôpital. Peu après son arrivée, le personnel du centre commence à se transformer en créatures monstrueuses. L'officier va prendre la tête d'un groupe de rescapés et tenter de survivre à une nuit qui s'annonce cauchemardesque.

L'avis de David:
Étrange croisement que ce film mitigé cochon d'inde, sorte d'ovni mélangeant le survival au film de monstre, en rajoutant une large louche d'horreur avec quelques "marcheurs" décharnés et une espèce de pseudo gourou tout rouge bien décidé à peler la tronche de tout le monde. Étrange (oui je sais je l'ai déjà dit), mais diablement efficace puisqu'on est littéralement happé par le récit dès que les ennuis commencent (c'est à dire très vite). Plein d'effluves diverses sont venues se rappeler à mes narines à la vision de cette série B culottée. "Hellraiser" bien sûr (je ne spoilerai pas mais l'analogie est évidente), "The thing" de Dieu Carpenter avec ses monstres visqueux et difformes mais aussi "L'au delà" de l'autre Dieu Fulci (la scène de la morgue avec les morts qui se relèvent m'y a furieusement fait penser) ou encore l'oeuvre de Lovecraft et ses tentacules sortant de tous les orifices. Gavés de références jusqu'à la moelle, "The Void" ne fait jamais tâche et malgré un budget qu'on imagine rachitique (ou en tout cas pas loin d'égaler celui de la cantoche d'un Bruckheimer), se permet de nous asséner un paquet de scènes gores sacrément impressionnantes (et toutes réalisés en live, comprenez sans numérique ou presque). Même les monstres (nombreux) sont réussis et affichent un niveau de dégueulasserie qui faisait cruellement défaut aux dernières productions du genre. Alors, on le tient notre film de monstre du 21ème siècle? Oui et non, le tout n'étant pas exempt de défauts quand même. La réalisation est le poste qui pèche le plus dans cet océan de bonnes intentions. Pourquoi se priver de filmer de bons gros monstres bien baveux vous me direz, il vaut mieux les plonger dans la pénombre.. Mais si, pour la sacro-sainte peur ma bonne dame. Résultat, le premier monstre (qu'on DEVINE sublime, ce qui est d'autant plus rageant) n'est que très peu visible, le pompon revenant à l'immense machin de la fin qui ne se verra montré que par petits bouts, ce qui fout une bonne partie de l'effet en l'air.. Au rayon déconfiture on citera aussi un scénario ultra light qui se permet en plus de nourrir des séances de blabla totalement futiles qui de toute façon ne vous apprendront rien. Bon ok, j'avoue, je ne peux pas être vraiment méchant envers un truc aussi respectueux d'une période tellement chère à mon cœur. Accusez moi d'excès de nostalgie si vous voulez mais même si les défauts sont bien là, le tout est suffisamment user-friendly pour me mettre dans sa poche. Au moins on ne s'ennuie pas et certaines scènes envoient vraiment le stock de tripailles à la gueule du spectateur; rien que pour ça le film mérite toute ma bienveillance... Tant pis si le tournant pris en fin de bobine aurait mérité une chicane supplémentaire pour éviter la sortie de route et l'enlisement de l'intrigue.

Gentillet et respectueux jusqu'au bout des ongles, "The void" sait aussi se montrer méchant quand il s'agit d'aligner les monstruosités baveuses et dégoulinantes (et certainement odorantes aussi mais ça on pourra pas vérifier). Dommage qu'il se prennent les pattes dans le maquis en oubliant de nous montrer ses créatures plus en détail (qui semblaient pourtant superbes), faisant du coup reposer son succès sur un scénario bancal qui n'en demandait pas tant. Malgré tout un bon divertissement gore qui ne franchira pourtant pas les portes de la postérité des films qui en ont dans le pantalon (culotté donc, pas burné).. 

Critique: Le rituel – David Bruckner – 2017

Synopsis:
Quatre amis décident de partir en randonnée dans la campagne Suédoise afin de se retrouver. L'un d'eux se blesse et force le reste du groupe a couper au travers d'une forêt afin de rejoindre rapidement leur gîte. En s'enfonçant dans les ténèbres des lieux, ils vont très vite se rendre compte que quelque chose de maléfique semble les suivre.. et de près...

L'avis de David:
Et boum, encore un ovni tout droit sorti du catalogue du désormais célèbre Vidéo-Club Netflix.. A bien y regarder, tout semble indiquer un énième truc fauché vu mille fois directement destiné au marché de la vidéo et calibré pour occuper tant bien que mal une soirée entre potes. Et pourtant... Ce modeste film Britannique emprunte des sentiers qui n'étaient pas vraiment prévus au programme. On oscille entre l'histoire de forêt hanté par le vide ("Blair Witch Project"), le survival basique, la découverte d'un peuple qu'on sent aimer la bonne viande bien fraîche (avec de forts relents du "Village" de Shyamalow ou de "The Witch")  pour finir avec un pur film de monstre qu'on avait pas vu venir dans toute cette obscurité. Un sacré patchwork d'inspirations diverses qui fonctionne pourtant à merveille et nous balade de bout en bout jusqu'à une apothéose délivrant des effets spéciaux tout bonnement surprenants (le design du monstre [inspiré d'une divinité nordique] en plus d'être hyper original, vaut vraiment le détour). Basé en grande partie sur la psychologie de personnages fragilisés par un évènements ayant impacté leurs vies, ce premier film solo de David Bruckner ("V/H/S","The Signal") pousse les protagonistes à affronter leurs peurs les plus intimes et n'épargnera finalement que ceux qui franchiront leurs limites. Plus profond qu'il n'y parait, le scénario de ce pseudo "film de monstre" inspiré par le roman d'Adam Nevill est porté de belle manière par une brochette d'acteurs qui n'en font pas trop et bénéficient chacun d'une personnalité bien différente (comme les quatre facettes de tout ce qui retient notre "moi" intérieur et qui provoquent la peur, la vraie). Ils seront tantôt malmenés, tantôt "réconfortés" par des visions (certaines annonçant d'ailleurs une fin toute proche) balancées par le monstre dont on peut parfois remettre l'existence réelle en question. Ne serait-ce pas plutôt un combat contre eux-mêmes...? Au rayon des bonnes surprises (et sans trop spoiler), j'insisterai encore sur les effets spéciaux qui sont vraiment stupéfiants dans le dernier quart (surtout pour un budget qu'on imagine famélique) mais également sur la photo et le travail sur l'image (très grise, comme pour souligner la froideur des éléments -ou des gens-), Bruckner se montrant très généreux sur les apparitions divines de son "bâtard" de Loki. Objectivons maintenant sur ce qui ne tient pas la route, ou en tout cas pas suffisamment pour tirer le film tout en haut des cimes. L'ambiance musicale tout d'abord aurait gagné à être plus présente (même si cela contribue finalement à la froideur de l'ensemble) et certaines ellipses laisseront à n'en pas douter le spectateur sur le carreau. Le fragile équilibre entre imaginaire et réalité est parfois malmené et quelques explications supplémentaires auraient clarifié le sujet. Mais pour moi la plus grosse déconvenue sera certainement cette fin abrupte qui même si elle souligne bien la désinhibition du héros (qui n'en est pas vraiment un mais qui se reprend enfin en main et fait face au danger) aurait elle aussi mérité un peu plus d'écriture (ou en tout cas plus fine).. Dommage.

Une chose est sûre, la proposition était osée mais j'ai bien apprécié le voyage. Profond (en tout cas plus qu'il ne semble l'avouer au départ), maintenant une tension pendant les trois quarts de sa durée et offrant un dernier quart impressionnant juste ce qu'il faut, "Le rituel" sort de nulle part et sonne comme un bonbon ni trop piquant ni trop sucré. Une petite gâterie proposée par Netflix qui assurément vaut le détour (même si le chemin n'est pas sur la carte). Pas un hit, mais une bouffée d'air frais Suédois.